insidieuses que par le passé pour atteindre  les objectifs qu’ils se seront fixés. Pourquoi ? Car inquiet de préserver son unité menacée par les conséquences du Brexit, le Royaume-Uni, n’aura pas d’autre choix que de rappeler á l’ordre ses ex-colonies africaines membres du Common Wealth qui seraient tentées de le croire affaibli et de s’émanciper de sa tutelle. Surtout s’il y va  de ses intérêts géostratégiques. Aucun pays africain ne pourra profiter du Brexit pour tenter de parler d’égal á égal avec son ex-métropole. En Afrique, tout le monde sait bien qu’un lion, même détaché de sa horde, reste un lion. 
  
Conséquences d’image et baisse d’attractivité

Nombreuses sont les réactions de sidération et d’inquiétudes de la part des Africains d’Afrique á l’égard de la crise politique et sociale sans précédent créée par le Brexit. A titre personnel, mes parents m’ont téléphoné la semaine dernière. Ils croyaient que nous (les étrangers) nous faisions caillasser dans les rues. Le référendum censé porté sur l’Europe aura vu l’une des classes politiques les pires au monde, le détourner pour en faire un vote POUR ou CONTRE les étrangers. Le Brexit a révolu ce temps où la jeunesse africaine rêvait de poursuivre des études ou une carrière au Royaume-Uni. Désormais la sixième puissance économique du monde ne fait plus rêver personne. Africains ou pas. Ce qui n’est finalement pas une mauvaise chose, serait-on tenté de dire.

Conséquences pour les Africains vivant au Royaume-Uni

Subjectivement, quand vous êtes africain de nationalité non-britannique vivant en Angleterre (comme c’est mon cas) vous vous dites : « Qu’un pays qui sort de l’Europe et se referme donc sur lui-même sera moins ouvert à votre différence qu’il ne l’était jusqu’alors »

Le TUC (The Trades Union Congress), la centrale syndicale nationale des travailleurs a tout de suite relevé que le Brexit risque d’exposer d’avantage les travailleurs Noirs du Royaume Uni à la discrimination à l’embauche. Toutes les lois relatives aux races et à l’intégration des minorités dans le monde du travail suivaient jusqu’alors des directives européennes extrêmement soucieuses de lutter contre les discriminations. En ce sens, l’Union Européenne œuvrait pour la protection des travailleurs Noirs, entre autres.
Au-delà du marché du travail, l’Union Européenne veillait aussi à défendre la famille lorsque les droits de celle-ci à rester dans le Royaume-Uni était contestés. Plusieurs expulsions d’Africains ont ainsi été évitées. De fait, avec le Brexit, le Royaume-Uni sous l’impulsion du parti Conservateur, s’affranchira de la pression de la Cour Européenne des Droits de l’Homme réputée pour son humanisme. Cela soulève déjà bien des inquiétudes dans les communautés africaines.     
 
Conséquences positives pour l’Afrique ?

Oui, il y en a ! Voilà une occasion formidable d’en finir avec une chimère : « l’Angleterre, le pays antiraciste où les Noirs se sentent comme chez eux », « l’Angleterre, le dernier pays où il fait bon être Noir en Europe », etc. Combien de fois  n’ai-je entendu ces phrases toutes faites qui ne reposaient que sur un déni de la réalité. Et la réalité quelle est-elle ?

L’Afrique ne manque pas de partenaires plus puissants que le Royaume-Uni (la Chine, les Etats-Unis…) et les Africains n’ont rien á attendre d’un pays qui rejette majoritairement ses voisins européens. A titre personnel, il me tarde de quitter cette île. Luc Bassong.

Poursuivre la réflexion avec le meilleur de UK


Meme hors de l'Union Européenne, le Royaume-Uni (UK) restera  une mine d'or pour les nourritures de l'esprit. 
En voici 3 que nous vous recommandons urgemment: 

​​ 1- Un roman á l'humour si british

​​Actualités -  Le Brexit est-il bon pour l'Afrique ?   

​​Luc Bassong - Londres  

Le 24 juin 2016, 52% des votants du Royaume Uni  ont voté pour la sortie de l’Union Européenne. Cette décision aura un impact direct sur l’Afrique, qu’on se le dise.

Conséquences financières

Pour parler trivialement : « Le Royaume Uni pèse lourd dans la poche de l’Afrique ». De l’avis général des experts, l’économie du Royaume va connaitre un ralentissement dans les trois prochaines années et cette récession aura des effets sur le monde et donc sur l’Afrique.

Petit rappel

Le Royaume Uni n’est pas n’importe quel pays. Cette ex-puissance coloniale est un acteur majeur de l’économie mondiale ; notamment par le LES (London Stock Exchange) la City de Londres et son marché de capitalisation. D’autre part, le Royaume-Uni occupe la troisième place dans le monde des pays source de transferts financiers effectués par des immigrés vers leurs pays d’origine. Il est tout juste précédé par les Etats-Unis et le Canada. A titre d’exemple, le Nigéria recevrait environ 3 milliards de Livres Sterling de transferts en provenance du Royaume Uni chaque année. Alors si la croissance économique britannique ralentit, et connait donc ce qu’on appelle une récession, les Africains du Royaume Uni et leurs descendants enverront moins d’argent á leurs familles. Ce fut le cas lors de la crise financière de 2008. De plus, les investisseurs britannique susceptibles d’investir en Afrique gèleront une part de leurs projet destinés á l’Afrique, voire les annuleront, surtout s’ils ne peuvent plus les financer comme initialement prévu. Et des pays africains, tels que le Kenya ou l'Ethiopie, gros exportateurs de produits agricoles vers le Royaume-Unie verront la valeur de leurs exportations chutter du fait de la baisse de la monnaie britannique.

Conséquences politiques et relations internationales

Le retour au bilatéralisme intégral ne penchera pas forcément en faveur des pays africains. Quand l’Ouganda, le Nigéria ou l‘Afrique du Sud, par exemple, négocieront avec le Royaume-Uni, membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unie, sur des questions de Défense, les Britanniques utiliseront peut-être des méthodes plus 


2- Un album aux chansons exquises



3- Un film parfait


 

©afriqueplanete.com   |   Conditions générales d'utilisation      |    Nous contacter