Jeux Olympiques et la ville la Police moleste, violente et tue toutes celles et ceux qu’elle appréhende en situation de "trouble à l’ordre publique". A cela s’ajoute, le cantonnement et la mise séquestre des populations des favelas que l’Etat ne veut surtout pas voir dans le périmètre des sites olympiques.

Le respect du peuple brésilien
 
Cela fait des années que la majorité de la population brésilienne manifeste son refus des Jeux Olympiques par diverses voies et moyens. LE PEUPLE dit clairement « Non, nous ne voulons pas de cette mascarade de jeux ! ». Toutes les enquêtes d’opinion effectuées avant les Jeux l’on démontré. Mais ici comme ailleurs, ses dirigeants ne l’écoutent pas, empêtrés qu’ils sont dans des scandales de corruption, de trafic d’influences et d’implication dans des opérations criminelles de grandes envergures qui ont valu à Dilma Roussef d’être destituée de ses fonctions de présidente de la république et suspendue de ses fonctions de chef de l’Etat le 12 Mai dernier. 

La crise économique et politique
 
Le Brésil que l’on nous « vendait » comme une super puissance en passe de jouer dans la cours des grands acteurs de l’économie mondiale traverse une crise sans précédent. Le pays connaît sa deuxième année de récession consécutive dû à la chute des cours des matières premières, au manque de diversification de son économie trop primaire ce qui a entrainé l’effondrement du Real, sa monnaie nationale. Dans ce contexte explosif, la pauvreté remonte en flèche et toute la classe politique se retrouve impliqué dans des scandales qui la discrédite durablement.

Ces trois raisons motivent notre décision. Nous refusons de faire comme si l’avis de la majorité des Brésiliens ne comptait pas. Nous refusons d’ignorer que les Jeux de Rio coutent des rivières de sang et de dollars au peuple brésilien. Nous refusons tout simplement de jouer avec la vie des Brésiliens. Ces Jeux sont les jeux de la honte et du scandale. Alors nous invitons purement et simplement les internautes au boycotte total.  Luc Bassong.      
    
             

Sport -  Jeux Olympics de Rio : Boycotte !

La ville de Rio pour les touristes

​​Luc Bassong - Londres  

Faut-il boycotter les Jeux Olympiques ?
 
On aurait tant aimé regarder les Jeux Olympiques de Rio 2016 à la télévision en famille ou entouré d’amis. On aurait eu un œil particulièrement attentif à la natation où règne le porte-drapeau américain, Michael Phelps, le sportif le plus décoré de toute l’histoire des olympiades. On aurait également suivi l’athlétisme avec passion, surtout la star jamaïquaine du sprint mondiale Usain Bolt dont le déclin maintes fois annoncé, ne s’est jamais avéré. On se serait aussi passionné pour la Selecao brésilienne dont tout le monde attend qu’elle lave sur ses terres l’affront subit contre l’Allemagne dans le mythique stade du Maracana (1-7) lors de la finale de la Coupe du Monde de Football 2014. Oui, on aurait aimé voire tout cela et bien d’autres choses encore. Mais on a choisi de BOYCOTTER les Jeux Olympiques.
 
Voici nos trois raisons en faveur du boycotte : 
 
La recrudescence de la violence d’Etat
 
Connue pour être une mégalopole particulièrement violente avec un assassinat toutes les 30 minutes, soit 160 homicides par jour et rien de moins 58 400 meurtres par an, Rio de Jainero fait grimper ses statistiques déjà vertigineuses depuis les trois derniers mois qui ont précédés l’ouverture des Jeux. Et cette fois, la Police militaire rivalise avec les bandes criminelles rivales dans l’horreur et l’abjection. Sous prétexte de sécuriser les 
    
     
    
             
La ville de Rio pour les
habitants des Favelas