Culture - Rokia Traoré : star africaine mondiale "ignorée" des Africains 

serait pas accessible au premier Africain venu. Son grain de voix déchirant, dans la chanson Kanan neni (2000), ou hypnotique dans Né so (2015), devrait presque se mériter. Cette musique si particulière serait-elle réservée à une élite ? Quelle idée ! Il n’empêche, à son insu, la musique de Rokia Traoré se retrouve classée par des Africains dans la catégorie de musique pour « Blancs ».



"Frère, chez nous, si ça ne se danse pas, ce n'est pas de la musique"

On s’interroge alors. D’ou vient cette fausse impression ? «Musique intellectuelle» entend-on aussi parfois. Est-ce parce qu’on ne se tortille pas les fesses sur ses mélodies comme sur un coupé-décalé ? Pourtant, sa chansons Zen (2008), et ce n’est pas la seule, est aussi dansante que le célèbre Madan de son compatriote Salif Keita.

On croyait révolu le temps où l’on jugeait de la qualité d’un répertoire musical à l’aune du nombre de roulements de bassins qu’il suscite. On a eu tort.

Les experts-comptables ont toujours tort
​​
Oui, disons-le haut et fort, la musique de Rokia Traoré ne se prête pas trop aux pince-fesses habituels. Alors laissons donc les experts-comptables compter le nombre de Noirs et de Blancs dans les salles de concerts. Après tout, aucune loi au monde n’interdit d’être bête et stupide. Et restons focalisés sur l’essentiel : la musique de Rokia Traoré. Elle traverse les frontières et voyage de cœur en cœur, qu’elle émeut et bouleverse.
Pour quelle raison ?
Notre plus grand bonheur.  Luc Bassong    

​​Luc Bassong - Londres  

Rokia Traore


Rokia Traoré

Né a Bamako en 1974, une artiste qui se bonifie d'album en album. Un répertoire dans les trois langues qu'elle parle couramment: Bambara, Français et Anglais.

- Les 3 Chansons d'elle qui vous feront craquer: 

1- " Ilé"

2- "Kanan neni"
3- "Kenia"  
                               Luc Bassong
Après vingt ans de carrière et des concerts aux quatre coins du monde, la grande chanteuse malienne ne figure toujours pas dans la discothèque de nombreux Africains. 

Cette assertion peut sembler ridicule pour ses fans de Londres, Bamako, Paris... Parole gratuite, même. Pourtant, ses admirateurs, ceux qui la suivent assidument depuis 1998 et la sortie de Mouneïssa, son premier album, l’attesteraient sans hésiter : le public de ses concerts est majoritairement européen.

De la musique pour Toubabs ?
   
Les mélopées en langue essentiellement Bambara mi folk, mi pop, de la frêle fille de diplomate s’exporte donc bien au-delà de son Mali natal. « Il y a dans sa musique une sophistication incroyable ! » me disait un ami belge surpris de constater la faible représentation de Noirs lors d’un de ses concerts. « Cette musique-la, n’est pas pour nous. C’est trop compliqué. » me lancera quant à lui, Ahmed, un Sénégalais à qui je faisais découvrir l’album Beautiful Africa (2013).

 Il en va ainsi de la talentueuse Rokia Traoré. Sa musique ne