​​Sport - "L'Euro de football 2016 sera africain ou ne sera pas !"   

Vinrent les années 1998-2000 et la génération Zidane. L’équipe de France championne du monde en 1998 comprenait trois « Africains » : Marcel Desailly, Patrick Vieira, Zinedine Zidane.  Aujourd’hui, les Bleus de 2016 ne compte pas moins de sept joueurs d’origine africaine : Adil Rami, Blaise Matuidi, Eliaquim Mangala, Bacary Sagna, N’Golo Kanté, Moussa Sissoko, Paul Pogba. Et cette tendance lourde se renforcera surement dans les années à venir. Pourquoi ? Parce que le football est devenu (avec la musique) pour certains, le seul ascenseur social accessible aux enfants descendants d’immigrés africains. Et que tant qu’a faire, il vaut mieux jouer pour la France, la Belgique ou les Pays-Bas. Cela rapporte plus matériellement que de jouer pour le Tchad, la Gambie ou le Bénin.  

Tout ne serait donc qu’une question d’argent ? Loin de là. Pour reprendre l’exemple de la France, les joueurs de l’équipe nationale avec des origines africaines se sentent (et sont) véritablement français. N’en déplaisent aux racistes de tous bords de la Méditerranée. Ces Français Africains ou Africains Français porteront fièrement les couleurs de leur pays et nous leur souhaitons de briller. Pas seulement pour la France, mais aussi pour l’Afrique. Alors oui, allez les Bleus ! Luc Bassong. 
Poursuivre la réflexion


Football et immigration en France 

 "En France, l’histoire du football est fortement liée à celle de l’immigration. Le football hexagonal s’est développé grâce à l’apport technique de joueurs recrutés hors du territoire national et par l’intégration des enfants d’étrangers jusque chez les Bleus. Raymond Kopa, Michel Platini et Zinedine Zidane, les trois figures tutélaires du football français, sont, à des degrés divers, des descendants d’immigrés."  

Musée de l'Histoire de l'Immigration (Paris)

​​Luc Bassong - Londres 

La glorieuse équipe de France championne du Monde en 1998   

 « L’Euro de football 2016 sera africain ou ne sera pas ». A première vue, ce tournoi international qui oppose les grandes nations du football européen entre elles ne nous concerne pas autrement qu’en spectateurs. Pourtant, à y regarder de plus près, on constate que les équipes qualifiées ont toutes des joueurs d’origine africaine en leur sein. Bien entendu, ces joueurs disposent de passeport et de nationalité des pays dont ils défendent les couleurs. Mais n’en ils demeurent pas moins africains ?
Prenons l’équipe de France comme cas d’école. Dans les années quatre-vingt, les 'Bleus' de la génération Michel Platini avaient très peu de joueurs d’origine africaine. Jean-Tigana, le génial milieu défensif, était d’ailleurs le seul titulaire indiscutable.